Teresa Cabarrús

» Commencer Ruta

Personnage historique (1773 - 1835)

Départ Ruta: Résidence de Teresa Cabarrús | Fin Ruta: Rue Thérésia Cabarrus

"Bientôt je vais mourir guillotinée, mais c'est ta lâcheté qui va me tuer"

Nombre de lieux: 9 | Distance totale:

Une "belle" aristocrate espagnole, Teresa Cabarrús, fut l’une des protagonistes de la Révolution française, à laquelle elle participa aux côtés des révolutionnaires. "Notre dame du bon secours", l’appellation sous laquelle on la connait à Bordeaux, mit à profit sa relation avec Tallien, l’ homme fort du régime de la Terreur dans la ville, pour sauver de la guillotine un millard de bordelais.

Auteur de la ruta: María Santos-Sainz

Vidéos

Video 1

Video 2

Plan ruta Photogalerie GPS Envoyer ruta par email Insérez-vous la ruta:

Résidence de Teresa Cabarrús

Allée de Tourny

Grand Théâtre

Cours du Chapeau Rouge

Église de Notre Dame - Temple de la Raison

Place Gambetta

Résidence de Tallien

Ancienne Prison de Hâ

Rue Thérésia Cabarrus

Résidence de Teresa Cabarrús

Dans l’appartement du premier étage, elle y invitait les autorités de Bordeaux. Elle y tenait son “Bureau des Grâces ” où elle recevait tous ceux qui sollicitaient son aide et sa bienveillance.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Allée de Tourny

Osée, Teresa Cabarrús aimait se promener en calèche, exhibant ses beaux attributs.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Grand Théâtre

Teresa Cabarrús et Tallien se rendaient assidûment au théâtre de la République. Son directeur leur demandaient leur assentiment pour des spectacles qui propageaient les idées révolutionnaires.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Cours du Chapeau Rouge

Elle intercéda face à son amant Tallien, l’homme fort du régime de la Terreur à Bordeaux, pour que la maison fut descellée. Celle-ci et d’autres demandes de clémence lui vaudrait le surnom de "Notre Dame du Bon Secours".

Visiter le lieu | Imprimer photo

Église de Notre Dame - Temple de la Raison

Dans cette église, devenue le « Temple de la Raison » par les révolutionnaires, Tallien donna lecture au fameux discours sur l’éducation écrit par Teresa Cabarrús et adressé aux femmes.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Place Gambetta

La guillotine fut installée en1793 dans cette place, que Tallien pouvait voir depuis les fenêtres de sa résidence ; motif pour lequel Teresa Cabarrús lui demanda que les exécutions changeassent de lieu.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Résidence de Tallien

“Dans le bâtiment de l’Ancien Séminaire, un garde armé surveillait une porte infranchissable. Pour arriver chez eux, il fallait franchir une incroyable artillerie".

Visiter le lieu | Imprimer photo

Ancienne Prison de Hâ

Teresa Cabarrús fut emprisonnée dans le Fort du Hâ jusqu’à ce que Tallien, en sa qualité de représentant du peuple, la libéra.

Visiter le lieu | Imprimer photo

Rue Thérésia Cabarrus

Bordeaux a voulu rendre hommage à Teresa Cabarrús en lui dédiant l’une de ses rues, en 1902, et en utilisant le prénom francisé avec lequel elle signait à son arrivé dans ce pays.

Visiter le lieu | Imprimer photo

La Anecdote

Teresa Cabarrús influença considérablement l’Histoire de la France en provocant un “acte d’amour” de son amant qui généra la chute du gouvernement de Robespierre en 1794. Emprisonnée et sachant qu’elle allait être guillotinée, Cabarrús écrivit une lettre à Tallien où elle l’encourageait à agir pour éviter sa propre mort « Bientôt je vais passer à la guillotine. Ta lâcheté va me tuer » disait Cabarrús a Tallien dans la lettre. « En 48 heures seulement» nous rappelle l’auteur de la Ruta, María Santos-Sainz, Tallien organisa un coup d’Etat qui mit fin au gouvernent de la Terreur dirigé par Robespierre et provoca la libération de son aimée.

La Proposition

Visiter l’église de Notre-Dame où, pendant la Révolution française on lut un discours de Cabarrús sur la jeunesse et l’éducation. Chercher sur la façade de certains des immeubles de la Place de Chapelet, où se trouve le temple, le nom de ce lieu pendant la Révolution, la « Place de la raison », gravé dans les pierres des murs. Se rendre au Grand Théâtre, l’un des endroits les plus fréquentés par Teresa Cabarrús, férue de musique et de théâtre ; marcher sur l’avenue de Tourny, sur laquelle Cabarrús se promenait en calèche montrant sa beauté. Les traces ou les cicatrices presque invisibles du sang et de la souffrance de l’histoire se trouvent au-delà, place Gambetta, où la guillotine tombait et dans la prison de Hâ, où Cabarrús fut prisonnière.